Odoxa
13/06/2017
Innovation
Pour Microsoft, Saegus, Stratégies, BFM-Business, 01 net et l’Usine nouvelle

Oui à l’IA et aux robots… s’ils ne nous « volent » pas notre travail

accès au sondage

1) L’Intelligence Artificielle est un sujet qui divise voire fracture l’opinion : elle est perçue comme une menace par ceux qui se pensent « exclus » du système (jeunes, personnes peu diplômées et catégories populaires) et, à l’inverse, comme une chance par les autres (cadres, seniors, personnes diplômées)

Odoxa-Graphique-Pourcentage
76 %

2) Mais, même si elle fait peur à certains, l’IA est perçue par tous comme un immense atout pour la France : les trois-quarts des Français (76%) pensent que leur pays peut/va jouer un rôle clé dans le domaine de l’Intelligence Artificielle à l’avenir

Odoxa-Graphique-Pourcentage
Odoxa-Graphique-Pourcentage
25 %

3) Dans le détail, les domaines perçus comme étant les plus porteurs pour l’intelligence artificielle à l’avenir sont la santé (25%), les logiciels et les applications informatiques (21%) et surtout les transports dont l’automobile (23%), en hausse de 10 points en un an (merci la google-car ?)

74 %

4) Les robots, qui constituent pourtant souvent l’un des domaines les plus fantasmatiques ou angoissants de l’IA ne font pas si peur… Leur développement est même perçu comme une opportunité dans tous les domaines de notre vie… sauf un : l’emploi (74% des Français voient les robots comme une menace pour la situation de l’emploi)

67 %

5) De toute façon il faudra faire avec les robots, car pour plus de 6 Français sur 10 ils se généraliseront très vite dans notre vie quotidienne. D’ailleurs, les Français veulent que les pouvoirs publics nous préparent à répondre à ce défi : les deux-tiers des Français (67%) demandent des enseignements spécifiques dès le collège sur la robotique et IA.

D’après l’œil de l’expert de Marc Trilling, Président-Fondateur de Saegus, « Le travail humain pourrait effectivement être remplacé au cours du siècle à venir. Dans ce cadre, les domaines de la robotique et de l’IA appellent urgemment à disposer d’un socle éthique global commun afin de limiter les risques et dérives, et d’anticiper très en amont le travail humain complémentaire à l’IA. Ne pas en disposer dans les temps représente peut-être finalement le principal risque sur ce sujet. »

Accédez à l’ensemble de nos sondages en cliquant sur le lien ci-dessous et n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez disposer de plus amples informations.

s'abonner
00 %