Rapport de force national aux départementales

SmallIntention de vote nationale et reports de voix en vue des élections départementales

 

Ça se resserre au premier tour entre le FN et l’UMP (2 points d’écart contre 6 la semaine dernière) mais, même s’il recule sensiblement (-2 points), à 15 jours du premier tour, le parti de Marine le Pen est toujours en tête et toujours au-dessus de la barre des 30%. Même si un croisement peut encore s’opérer pour la première place symbolique, le FN a toutes les chances de faire mieux qu’aux européennes et de battre son record historique à une élection au premier tour.

Pour le second tour, nos reports de voix annoncent surtout un raz de marée pour l’UMP et une déroute historique pour le PS. La « vague bleue » ayant toutes les chances d’aller au-delà d’une « simple » inversion du rapport de force national (60/40), le PS pouvant perdre plus de la moitié des départements qu’il détient aujourd’hui.

Petite consolation toutefois, de bonnes réserves de voix à gauche lui offriront des possibilités de « sauver les meubles » au second tour dans les cantons où il pourra se maintenir.

Premier enseignement sur les reports pour les seconds tours : le front républicain fonctionne très bien auprès des électeurs de gauche, mais pas du tout auprès de ceux de l’UMP. Quant aux électeurs FN ils préfèrent nettement l’UMP au PS.

Second enseignement de ces reports : le PS sera souvent absent des second tours mais pourrait disposer de réserves de voix à gauche tout à fait honnêtes là où il parviendra à se maintenir, surtout lorsque ce sera face au FN. Il peut donc espérer au second tour limiter, un peu, l’ampleur du tsunami du premier tour

Ce qui se dessine au second tour est donc une très large victoire de l’UMP-UDI, un relatif reflux du FN après un premier tour de toute façon historique – que le FN soit premier ou qu’il soit finalement relégué à la seconde place – et un relatif « sauvetage des derniers meubles » par le PS après sa bérézina du premier tour.

 

Posted in Politique.